Renégocier son contrat d’assurance auto à la retraite

Affaire conclue, une dame serre la main à son assureur

Lorsque l’on est à la retraite, les rentrées d’argent diminuent. Pourtant, certaines charges restent les mêmes et parfois même augmentent. Il est nécessaire de prendre le temps de regarder chacun de ces contrats pour éventuellement en diminuer le coût. C’est notamment le cas de votre contrat d’assurance auto qui peut facilement être renégocié grâce à des techniques simples.

 

Selon une récente étude, on compte en moyenne deux contrats d’assurance auto par foyer. Si le contrat d’assurance auto est obligatoire, les couvertures proposées être modifié en fonction des besoins. Assurance au tiers ou assurance tous risques, protection incendie ou assistance zéro kilomètres, il existe de nombreuses possibilités qui permettent d’adapter votre contrat à votre profil et autant de tarifs différents qui respectent votre budget.

Une fois à la retraite, le porte-monnaie a tendance à rétrécir. L’usage fait de la voiture n’est plus le même et les trajets se font plus court et plus rare, mais le tarif de l’assurance reste le même. Il est donc important de contacter son assureur pour renégocier son contrat. Voici quelques conseils pour bien vous y prendre face à votre assureur.

 

Conseil n°1 : Utiliser les comparateurs

Avant de commencer les négociations, il est important de savoir ce qui se fait ailleurs. Pour obtenir de telles informations, il suffit de visiter des comparateurs directement en ligne qui vont comparer pour vous et selon les critères que vous définissez, les différentes solutions possibles parmi de nombreuses compagnies d’assurance.

Si vous pensez avoir trouvé moins cher ailleurs, c’est le bon moment pour contacter votre assureur et faire jouer la concurrence. Désireux de conserver leurs clients, les compagnies d’assurances sont prêtes à renégocier vos contrats afin de trouver un arrangement qui permettrait de satisfaire les deux parties prenantes.

 

Conseil n°2 : Adapter votre contrat à votre véhicule

Pour les assureurs, le type de véhicule à assurer est un des facteurs qui intervient dans le calcul de la prime d’assurance. En assurant un véhicule neuf, les assureurs prennent un risque plus important qu’en assurant un véhicule plus ancien. En effet, en cas d’accident responsable les pièces à remplacer sur un véhicule neuf sont plus chères que les pièces permettant de réparer un véhicule plus ancien. Les tarifs d’assurance appliqués pour un véhicule neuf sont donc logiquement plus élevés.

De la même manière, la puissance d’un véhicule intervient dans le calcul de la prime d’assurance auto. Plus un véhicule est puissant plus les risques d’accidents sont élevés et plus les risques que l’assureur indemnise des réparations sont grands. C’est pourquoi les primes d’assurance sont établies en conséquence de ces risques.

Enfin, si vous possédez un véhicule ancien et que vous êtes assuré tous risques, il peut être intéressant de contacter votre assureur pour vous orienter vers une assurance au tiers moins coûteuse et plus adaptée à ce type de véhicule.

 

Conseil n°3 : Adapter vos besoins à vos usages

Une fois à la retraite, les usages faits de la voiture changent. Terminé les trajets domicile/travail et les trajets travail/domicile. Ces trajets sont ceux qui enregistrent le plus d’accidents de la route, c’est pourquoi il est important de prendre contact avec son assureur pour renégocier de nouveaux tarifs.

Si, fort de cet argument votre assureur fait la sourde oreille, sachez qu’il existe des contrats d’assurance au kilomètre qui permettent d’adapter son contrat à l’usage fait de la voiture. Ce type de contrat vous assure pour un nombre de kilomètres défini à l’année. 4000, 6000 ou 8000 il peut être intéressant de savoir combien de kilomètres vous réalisez par an afin de vous orienter vers des contrats spécifiques permettant de diminuer votre facture.

 

Conseil n°4 : Regrouper les contrats

Quand on est à la retraite on possède bien souvent de nombreux biens. Ces biens sont pour la plupart assurés par des compagnies d’assurance. Regrouper ces contrats peut permettre de négocier des tarifs plus avantageux avec votre assureur qui aura la possibilité d’utiliser une partie de sa cagnotte* pour diminuer vos cotisations.

De plus, regrouper des contrats d’assurance au même endroit peut permettre de faciliter la gestion et de réduire le nombre de papier. Un bien pour un autre bien !

 

Conseil n°5 : Profiter de votre ancienneté

Enfin, du haut de vos longues années de fidélités auprès de votre assureur, vous avez la possibilité de renégocier des tarifs plus avantageux pour vos « vieux jours ». Effectivement, les assureurs sont prêts à accorder des réductions pour les personnes qui n’ont jamais connu d’incidents durant de nombreuses années. Ces clients sont considérés comme de bons clients et les assureurs n’ont alors aucune raison de ne pas accorder de geste commercial pour les conserver.

 

*marge commerciale disponible par les assureurs permettant d’accorder des réductions sur les contrats de certains assurés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *