Complémentaire santé “senior”, une idée folle du ministère de la santé ?

Analyse des chiffres des seniors

Marisol Touraine, ministre de la santé en 2016, a prêté son nom à un nouveau décret proposant la généralisation de la complémentaire santé aux seniors. Ces contrats santé dédiés aux personnes de plus de 55 ans seront mis en place au travers d’un appel d’offre du ministère avec un cahier des charges et des prix compris entre 67 € et 103 €.

 

En France, les plus de 60 ans, souvent appelés « seniors », sont les plus gros consommateurs de soins. Ils dépensent en moyenne près de 7 000 € par an, uniquement en dépense de santé. Face à de telles dépenses, il est nécessaire que chacun d’entre eux souscrivent à un contrat de complémentaire santé.

Dans le cas où une complémentaire santé prend en charge 25 % de ces dépenses, le tarif appliqué aux adhérents ne devrait pas être inférieur à 146 € mensuel afin de ne pas mettre l’assureur en difficulté.

 

Le projet de labellisation des contrats seniors

En 2015, le gouvernement a souhaité réformer la santé en France. Avec les contrats groupes, qui permettent de généraliser la complémentaire santé auprès des salariés du secteur privé, l’état souhaite faciliter l’accès aux soins. De la même manière, le gouvernement a laissé entendre sa volonté d’étendre la généralisation de la complémentaire santé auprès des seniors.

Pour cela, l’objectif est la mise en place d’un cahier des charges permettant de labéliser des contrats qui seront adaptés aux seniors et bien sûr à des prix très attractifs. Le prix d’appel est estimé à 67 € au minimum, mais il ne pourrait excéder 103 €.

Ces contrats permettront à une population possédant de plus faibles budgets d’accéder aux soins. En effet, une grande partie des plus de 60 ans ne possèdent pas de complémentaire santé faute de moyens suffisants.

 

Les problèmes liés à ces nouveaux contrats labélisés

Le problème principal que posent ces nouveaux contrats se trouve dans la faisabilité. En effet, avec des tarifs plafonnés aussi bas, il est techniquement impossible pour un tel contrat d’exister. Même en choisissant d’appliquer les tarifs les plus hauts possibles, ces contrats proposent des niveaux de garanties bien trop élevés pour garantir la stabilité financière des assureurs. Autrement dit, les dépenses seront largement supérieures aux revenus, aucune compagnie ne peut se permettre de faire des contrats à perte.

Les plus gros assureurs ne souhaiteront pas proposer de contrats labélisés seniors étant donné les risques. Les plus petits assureurs vont proposer des contrats pour récupérer le marché, mais ils ne pourront tenir le rythme financièrement et vont très rapidement fermer leurs portes.

 

Le gouvernement est conscient de ces disfonctionnements, c’est pourquoi le projet n’est pour le moment pas d’actualité et reste un des futurs chantiers sur lequel il doit encore travailler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *