Assurance vie : quels sont les avantages?

On entend beaucoup parler de l’assurance vie, mais finalement, on en sait assez peu sur le sujet.

Pourtant, l’assurance vie est un placement très intéressant qui peut présenter bien des avantages, notamment en matière de succession.

Une famille heureuse

Le principe du contrat d’assurance vie

Le contrat d’assurance vie permet à celui qui le souscrit de désigner une personne qui sera le bénéficiaire des sommes versées au contrat par le titulaire. Ce dernier peut désigner la personne de son choix en tant que bénéficiaire. Il peut également désigner plusieurs personnes et leur attribuer des parts du capital constitué. A défaut d’une désignation nominative du ou des bénéficiaires, les capitaux collectés sur le contrat seront versés au conjoint, à défaut aux enfants, et à défaut aux héritiers. L’assurance vie est donc un outil de succession qui peut s’avérer très judicieux.

 

Les avantages du contrat d’assurance vie

Constituer une épargne à son rythme

L’assurance vie permet de constituer un capital à plus ou moins long terme. Plus tôt on programme des versements, plus on enrichit son capital. Cette épargne va prendre de la valeur au fil des années, mais aussi permettre d’affronter des dépenses imprévues.

 

Valoriser son capital

Il existe différents types de contrats d’assurance vie. Les plus fréquemment rencontrés sont :

 – Les contrats en unités de compte : les fonds sont investis sous forme d’actions, d’obligations, de parts d’OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs immobilières), etc. Ils varient en fonction de l’évolution des marchés boursiers ou immobiliers et ne sont donc pas garantis.

– Les contrats en euros (contrats mono-support) : les fonds versés sont garantis et produisent des intérêts au titre du taux minimum garanti prévu au contrat.

– Les contrats multi-supports : il s’agit d’un combiné des deux placements : placements en euros et placements en unités de compte.

Dans tous les cas, il convient de bien identifier ses besoins et si nécessaire, de souscrire différents types de placements ayant chacun un objectif précis.

 

Optimiser sa succession

Utiliser l’assurance vie comme outil pour préparer sa succession est très intéressant puisque  le versement des fonds au décès du titulaire est exempt de droits de succession dans la limite d’un capital de 152 000 euros. Au-delà de ce plafond, l’article 990-I du Code général des impôts soumet ce contrat à une taxation forfaire de 20 %. Par ailleurs, l’article 757-B du CGI impose les primes versées par un titulaire âgé de plus de 70 ans à compter du 20 novembre 1991, si celles-ci dépassent la somme de 30 500 euros.

Ce mécanisme permet ainsi de protéger ses héritiers, notamment lorsqu’ils ne se trouvent pas en ligne directe.

 

Profiter d’une donation non taxée

Le bénéficiaire peut désigner un tiers comme bénéficiaire, même en cas de vie au jour du versement du capital. Il s’agit alors d’une donation exemptée de droits de donation, puisqu’elle est aussi non taxée en deçà des 152 000 euros.

 

Bénéficier d’une fiscalité attrayante

Bien qu’elle soit moins avantageuse que par le passé, l’assurance vie reste un mécanisme fiscal de choix. D’une part parce que les intérêts capitalisés au contrat sont exonérés d’impôts durant toute la vie du contrat. D’autre part, parce qu’au bout de huit ans, les rachats et retraits effectués sur le contrat sont également exonérés d’impôts. Cependant,  tout retrait, même après huit ans, reste soumis aux prélèvements sociaux de 11 %.

Attention, pour tous les contrats souscrits à partir du 26 septembre 1997, les plus-values sont taxées à hauteur de 7,5 % à la sortie du contrat. Cette fiscalité s’applique après un abattement annuel de 4 600 euros pour une personne seule et de 9 200 euros pour un couple marié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *