Nouvelle baisse des retraites complémentaires

Tableau de la chute des ressources de l'agirc et l'arcco

L’agirc et l’arcco, forment les caisses de retraite complémentaire pour tous les cadres et tous les salariés affiliés au Régime Général. Confrontées à la faillite, elles ont eu à se mettre d’accord sur des mesures visant à réduire les pensions des futures générations pouvant aller jusqu’à moins 18 %.

Les retraites complémentaires, c’est près de 70 milliards d’euros versées en 2013 soit presque 3 % du PIB (Produit Intérieur Brut). Avec de telles dépenses et le niveau de ressource disponible des caisses, la cour des comptes juge leur soutenabilité compromise à très court terme.

 

Les ressources de l’aggirc et l’arcco

Jusqu’en 2008, l’agirc et l’arcco dégagés encore des revenus tout en versant les retraites complémentaires aux retraités. Cependant, la crise économique et l’augmentation continue du nombre de retraités ont fait que depuis cette année là, les deux caisses n’ont cessé d’être en déficit.

L’agirc et l’arcco peuvent compter sur leur assise de 60 milliards d’euros, constituée lors de périodes plus fastes, pour continuer à verser les retraites complémentaires aux affiliés. Néanmoins, ne pouvant pas s’accorder de déficit, les ressources des deux caisses complémentaires des retraites devraient s’épuiser chaque année jusqu’à atteindre 0 en 2025.

 

Quelles sont les solutions ?

Les syndicats et les patronats, qui gèrent conjointement l’agirc et l’arcco, s’attellent donc à trouver des solutions pour dégager de nouvelles ressources permettant de redresser les deux caisses complémentaires des retraites.

Les solutions pour diminuer les dépenses et ainsi augmenter les ressources disponibles de l’agirc et l’arcco sont :

  • Augmenter les cotisations : C’est la solution qui a été adoptée en 2013 afin d’augmenter les ressources. Cette solution augmente encore le coût du travail déjà très haut en France et est donc presque impossible aujourd’hui puisque le plafond fixé par l’état est presque atteint.
  • Retarder l’âge de départ à la retraite : Aujourd’hui, l’âge fixé pour partir à la retraite est de 62 ans. Une des solutions envisagées pourrait être le passage à 64 ans, mais la plupart des syndicats rejettent une telle mesure.
  • Diminuer les pensions versées : La diminution des pensions versées n’est pas la solution préférée des adhérents, mais c’est bien celle qui a été retenue en octobre 2015 dans un accord passé entre les deux caisses. Diminuer les pensions versées permet de réduire les dépenses de l’agirc et de l’arcco. Cette solution à pour but de garantir la solvabilité des retraites complémentaires face à une faillite certaine.
  • Fusionner les deux régimes : La fusion des caisses complémentaires des retraites pourrait permettre de réaliser des économies, essentiellement administratives. Cette mesure entraînerait la suppression de nombreux postes et ne permettrait pas de dégager suffisamment de ressource pour réduire significativement le déficit.

 

Quelles conclusions ?

En prenant de telles mesures, une personne cadre né en 1959 ayant cotisée suffisamment longtemps pour partir à la retraite à 62 ans verra sa pension de retraite complémentaire diminuer de presque 15 %. Pour la génération 1990, cette baisse est estimée pour le moment à moins 17 % pour les cadres et moins 18 % pour les non-cadres.

Source : lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *