Déceler la perte d’autonomie

Dessin d'un homme dépendant d'un accompagnant

Avec une population vieillissante, il est important de sensibiliser l’entourage des personnes âgées afin qu’ils puissent identifier les premiers signes et retarder la survenue de la perte d’autonomie. Par la suite, il existe des possibilités pour évaluer le degré d’invalidité et trouver des solutions adaptées pour lutter contre la dépendance.

 

Détecter les signes de la perte d’autonomie

La dépendance peut survenir brutalement après un accident ou progressivement avec l’âge. Dans ce dernier cas, il est possible de desceller certains signes qui peuvent permettre de prendre les mesures nécessaires pour améliorer la qualité de vie de ces personnes.

  • Une marche hésitante et de nombreux trébuchements, la perte d’équilibre est un signe courant de la perte d’autonomie. Elle est due à la baisse du sens de l’équilibre et de la diminution de la force naturelle.
  • Le changement des habitudes alimentaires se remarque par le changement des horaires de repas et même parfois par l’arrêt de certains repas.
  • Les activités ménagères comme la vaisselle et le ménage deviennent compliquer à assurer. Les problèmes d’articulations diminuent la possibilité de se mouvoir et petit à petit c’est la toilette quotidienne qui devient difficile, on parle donc d’une diminution de l’hygiène.
  • Avec l’âge, les problèmes de mémoire sont courants, mais un signe reconnaissable de la perte d’autonomie dans le cas d’une altération importante.
  • L’altération de l’humeur, bien que courante chez les personnes âgées, ne doit pas être excessive d’agressivité. Il faut également se méfier de la dépression qui peut pousser une personne au désintérêt et à l’isolement social.

 

Evaluer la perte d’autonomie

Dès lors où vous remarquez des signes distinctifs de la perte d’autonomie vous avez la possibilité de procéder à une évaluation de celle-ci par un professionnel de la santé. Cette évaluation fait le plus souvent suite à une demande d’Allocation personnalisée d’autonomie (Apa). Le montant de cette aide des services publics varie en fonction du groupe iso-ressources (Gir) dans lequel vous vous trouvez. Ces groupes sont établis par rapport à la grille Aggir et c’est le professionnel de la santé qui attribue une personne dépendante à un groupe selon les résultats d’une évaluation.

Les groupes isométriques vont de 1 à 6. Une personne intégrée au Gir 6 est considéré comme totalement autonome dans les actes de vie courante. En revanche, une personne du Gir 1 ne dispose d’aucune autonomie dans les actes de vie courante et est confiné au lit ou en fauteuil.

Pour attribuer une personne dépendante à une Gir, les professionnels de la santé vont se demander si la personne sous évaluation est capable de :

  • soutenir une conversation logique avec une autre personne.
  • se repérer tant géographiquement que temporellement.
  • choisir sa tenue vestimentaire, s’habiller et se déshabiller.
  • réchauffer des plats (déjà préparées) puis les manger.
  • assurer son hygiène corporelle sans assistance.
  • assurer son hygiène d’extraction.
  • se lever, s’assoir ou s’allonger.
  • se déplacer en intérieur mais également en extérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *