Japon : Fer de lance de la santé connectée

Le Japon est un pays vieillissant, mais le dragon asiatique compte sur son effervescence technologique pour faire face aux problèmes des soins pour seniors.

La robotique prends en charge les seniors dépendants

Un japonais sur 4 est un senior

La population du Japon est très vieillissante. Depuis la période de l’après-guerre, le Japon se meurt peu à peu et doit faire face aux retombées économiques et sanitaires de son vieillissement. En effet, depuis la fin des années 2000, le cap des 20% de seniors est dépassé, ils seraient près de 40% en 2050. Depuis 2009, le Japon est « officiellement » le pays le plus vieux au monde avec plus de 40 000 centenaires, pour un archipel accueillant près de 130 millions d’habitants.

seniors japonais

Le vieillissement de la population est un problème occidental, touchant de nombreux pays, et la France ne fait pas exception. Le pays s’affole presque de voir passer le cap de 20% de plus 65 ans en 2030 alors que les japonais connaissent cette situation depuis plusieurs années. Mais le Japon est un petit pays, où la technologie et notamment en terme de santé est très performante. La France craint sans doute de voir cette situation sur une plus grande échelle, au point que les technologies de santé actuelle ne soient pas suffisantes, quand bien même elles n’aient pas à rougir devant les japonaises.

Face à ce problème qui devient autant économique que social, le Japon souhaite répliquer avec une stratégie nationale d’e-santé, basée principalement sur la robotique. L’histoire du pays est intrinsèquement liée à la haute technologie et le Japon est aujourd’hui l’acteur en tête du peloton  Recherche et Développement en robotique.

Effervescence de la robotique médicale

Le Japon n’est pas le seul à s’essayer à la robotique appliquée à la santé, mais il en est le principal acteur. La démographie vieillissante qu’il subit n’est pas la seule cause à cela. En effet, le nombre de personnes dépendantes, atteintes de handicap moteur ou sensoriel croit inexorablement. Dans un tel contexte, similaire dans beaucoup d’autres pays occidentaux, la robotique se présente comme une solution idéale.

Aux Etats-Unis également, les robots médicaux se développent fortement, de même que la téléassistance, les appareils de rééducation et autres prothèses. Des équipes françaises, hollandaises ou japonaises se penchent également sur la conception d’exosquelette permettant de soulager des déplacements douloureux. Enfin, partout à travers le monde, les imprimantes 3D présentent un potentiel de plus en plus incroyable en termes de prothèses médicales.

Confier les ainés aux robots médicaux

Depuis plusieurs décennies, le Japon est le représentant incontesté de ce qui se fait de mieux en matière de robotique. Le pays est leader mondial dans le domaine des hautes technologies et en particulier dans la recherche robotique, qu’il s’agisse d’applications industrielles, médicales, commerciales ou personnelles.

Le Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’International japonais a bien compris le rôle prépondérant que peut représenter la robotique pour la prise en charge des personnes âgées. C’est pourquoi depuis quelques années déjà, la robotique est intégrée dans les axes prioritaires de gestion de vieillissement du pays. Au cours de l’année 2013, le Ministère a lancé un appel à candidature de développement de robots à bas prix. Le but de cette démarche est de stimuler le marché et en particulier les Recherches et Développement concernant les robots médicaux.

Robot médical

Il existe donc tout un panel de robots médicaux ou robots de services qui officient dans le pays, mais également à l’international. Ces robots, tous très différents, ont pour point commun la gestion médicale. La plupart sont destinés à la prise en charge plus ou moins importante de personnes âgées et/ou dépendantes, certains permettent de soulager les aidants ou de suivre à distance les personnes âgées. D’autres encore permette de soulager des douleurs, limiter des dégénérescences ou permettre le recouvrement de certaines capacités motrices etc.

Quelles perspectives robotiques pour personnes âgées ?

De nombreuses applications sont possibles concernant les robots et l’aide qu’ils peuvent apporter aux seniors. Il peut s’agir de robots d’assistance chirurgicale classiques, tel que IBIS développé par une équipe d’ingénieurs japonais en 2013. Ce sont des types de robots qui vont assister les chirurgiens durant des opérations, ils sont munis de bras articulés fermes, robustes, ne tremblant pas et extrêmement précis. Ces robots ne sont pas destinés directement aux seniors puisqu’ils concernent l’ensemble de la population nécessitant des opérations chirurgicales.

Nous pouvons parler des aides-soignants et des robots thérapeutiques. Les premiers sont des robots qui suivent et assistent les seniors dans la réalisation de gestes quotidiens, qui leur rappel les heures de prise médicamenteuse ou qui les mettent en relation avec des médecins ou pharmaciens. Nous pouvons à titre d’exemple citer le projet Giraff’ Plus que nous avons déjà traité dans ces lignes.

RobMedJap0.3

Concernant les robots thérapeutiques, le plus gros exemple japonais est PARO, qui est d’ailleurs utilisé dans différents établissements en Europe. PARO est un robot peluche, sous forme de phoque. Il est destiné aux personnes âgées, notamment atteint de la maladie d’Alzheimer. Il est équipé de différents capteurs qui lui permettent d’interagir avec les patients de façon à stimuler leurs capacités cognitives pour limiter voire inverser le processus de dégénérescence lié à la maladie d’Alzheimer.

Enfin nous pouvons parler de HAL développé par le professeur Sankai de l’université de Tsukuba, qui vient soulager les déplacements des seniors en soutenant les membres inférieurs pour faciliter les déplacements ou encore porter des objets lourds. Il vient d’être certifié comme robot thérapeutique médical en Europe et des essais cliniques sont prévus au Danemark.

RobMedJap0.4

 

This article has 1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *